Bali – Destination Instagram

Hello hello,

Bon, je redoute ce moment où je dois vous écrire mes articles sur Bali, puisqu’on est loin du voyage parfait type “compte de fée” que je m’étais imaginé, mais à la fois, j’ai hâte de partager et d’échanger avec vous sur mes ressentis !

Attention, je n’ai pas envie que mes propos soient mal interprétés ! Je suis consciente de la chance immense que j’ai eu de voyager à l’autre bout du monde, de découvrir un nouveau pays et tout n’a pas été négatif loin de là. Mais je tiens à vous livrer un avis conforme à ce que je ressens, c’est à dire nuancé !

Après, pour moi un voyage n’a PAS vocation à être parfait. Ce n’est pas son but. Nous ne voyageons pas pour en prendre plein les yeux (et encore MOINS pour en mettre plein les yeux aux autres). Nous voyageons pour découvrir (un pays, une culture, un savoir-faire) et pour apprendre (sur les autres, et sur soi). Ce voyage a été celui qui m’a le PLUS fait réfléchir et me remettre en question. J’éprouve donc énormément de gratitude et de reconnaissance, et me dis qu’avec du recul, le destin a peu être souhaité que ce soit ça que j’aille chercher là bas, plutôt que des paillettes dans les yeux et des photos Instagram !

Voilà, cette introduction faite, entrons dans le vif du sujet.

Contexte

L’atmosphère de notre voyage était déjà très particulière, puisque nous avons pris l’avion pour Bali le 6 août, au lendemain d’un terrible tremblement de terre sur l’ile voisine de Lombok, qui a malheureusement couté la vie à plus de 450 personnes.
Qui a envie de vacances dans ce contexte ?… Nous avons longuement hésité à partir, nous avons pensé à annuler, mais rien était remboursable, l’ambassade de France à Jakarta ne déconseillait pas d’y aller et puis ce n’était pas sur Bali-même. Des contacts sur Bali nous ont dit que là bas tout était “comme si de rien était”.

Nous n’avions pas spécialement peur, car nous avons autant de risque de périr à Bali (voire moins) que dans un attentat à Paris, ou un accident de voiture… Mais nous n’étions pas très serein.

En effet, pour la première fois de ma vie, moi qui suis une grande malade du contrôle, j’avais volontairement décidé de ne pas étudier le pays de fond en comble, juste de me laisser porter. J’avais booké des billets pour deux vers une île paradisiaque sans me soucier du reste. Et donc je ne savais même pas que l’Indonésie était sur ce qu’on appelle “La ceinture de feu“. C’est à dire qu’il y a une très forte activité sismique, des volcans, et donc des risques accrus de tremblements de terre, tsunami…etc.

ATTENTION encore une fois, ne prenez pas mes propos au pied de la lettre : tout cela n’a rien de grave. Par exemple, entre avril et août il y a eu plus de 60 tremblements de terre en Indonésie, mais ce sont des tous petits (entre 1 et 4 sur l’échelle de Richter) et on ne les ressent pas du tout (et pas de dégât, ni de victime). 

Mais c’est vrai qu’il en suffit d’un seul plus fort, et pour ma part j’ai grandit avec les images du tsunami de 2004 qui m’avait traumatisée ! Du coup le fait d’avoir ce terrible tremblement meurtrier la veille de notre départ, avec des évacuations de touristes sur Lombok et les îles Gili, c’était vraiment un contexte compliqué…

Tourisme de masse

En essayant de mettre le contexte de côté, ce qui nous a étonné à Bali, c’est le monde. Effectivement, la destination est très en vogue en ce moment, et nous connaissions son potentiel touristique. Mais nous avions l’image de l’île un peu vierge, verdoyante, typique…

Malheureusement, avec mon copain nous sommes contraints de partir en vacances au mois d’août, car nos entreprises ferment ce mois-ci et nos congés sont imposés. Ce n’est jamais une période idéale pour des vacances :))

Ce qui est dommage c’est que les villes de Kuta, Seminyak et Canggu sont vraiment bondées (pour la plupart, par des surfeurs australiens car les spots sont incroyables, avec de belles vagues et de grandes plages de sable noir), Ubud est aussi très surchargé, et le sud est assez pollué.

Alors encore une fois, je ne veux pas dresser un tableau tout noir : c’est surement mieux hors saison, et c’est surement mieux aussi lorsque l’on peut s’excentrer des grandes villes… et l’idéal pour ça c’est de prendre un guide ! Je regrette tellement de ne pas avoir anticipé ce point ! Trouver un bon guide, pas un qui veut vous faire faire les attractions touristiques mais plutôt un guide / taxi qui saura vous faire vraiment découvrir son pays. Je sais que ça existe, mais encore une fois nous étions en août donc impossible de trouver au dernier moment.

Instagram land

Voilà le point qui m’a le plus déçue, et pourtant : je suis blogueuse / instagrammeuse !!! donc j’ai l’habitude de “jouer” le jeu des photos, d’essayer de trouver les meilleurs endroits, tout ça c’est mon petit plaisir. Mais à Bali, c’est d’une autre envergure ! haha

Alors encore une fois, rien de grave, mais souvent on voit des files entières de personnes qui font la queue pour faire la même photo Instagram, ou alors on se rend compte qu’un décor est complètement fake juste pour bien rendre en photo.. Vous avez déjà du voir ces portes de temple avec un beau reflet au sol, qui s’apparente être de l’eau – ça semble logique. Et bien non, c’est un miroir ! Ou encore les fameuses photos balançoire, on oublie juste de dire qu’il y en a 10 côte à côte, avec des cars entiers de chinois qui font la queue.

Alors en soi, ça ne me dérange pas : j’aime quand tout est beau et visuel ! Mais dans ce cas précis, je trouve juste que ça donne une image très erronée du pays. Car c’est toujours la même chose en photo > ce qui est “instagrammable” ! Et du coup quand on voit le reste (l’envers du décor) de nos propres yeux, on ne risque que la déception !

Mon plus gros choc a été la découverte du temple de Tannah Lot. Déjà, en arrivant, nous avons vu de loin de grande arche, à la Disneyland Paris. En effet, il fallait payer l’entrée (et ça ne me dérangerait pas si c’était pour entretenir un lieu de culte historique et authentique, et pour le protéger des touristes, mais là c’est le contraire). Derrière on passe par un marché avec des stands de partout, puis d’immenses parkings, et enfin on arrive sur un chemin impraticable et bondé (nous y étions pour admirer le coucher du soleil). Alors la vue sur le temple Pura Batu Balong est belle ! Mais il ne faut pas se retourner ! Derrière, tout est bétonné, il y a plus de 1000 personnes avec leur téléphone à la main, ou leur perche à selfie, et le temple de Tannah Lot, lui, est envahi. Impossible d’approcher. Et même de loin, les photos sont bien laides, avec le flot de touristes en vêtements multicolores qui enlève en un claquement de doigts le côté “naturel” de ce temple hindouiste situé sur un îlot…

Bref, cela m’a énormément fait réfléchir. Déjà, parce que j’ai réalisé que ce qui m’a donné envie d’aller à Bali, c’était en majeure partie Instagram (enfin c’est d’abord 3 ou 4 amis qui y ont été et qui ont adoré, puis ensuite à force de voir tant de beauté sur instagram, j’étais convaincue). J’ai aussi remarqué que j’avais (par flemme d’anticipation et de lecture d’un guide de voyage spécialisé) prévu mon voyage grâce à Instagram et aux blogs. C’est à dire que j’avais fait des captures d’écran quand je voyais une photo sympas à Bali, j’avais ajouté des adresses sur Mapster au fur et à mesure de l’année quand je voyais des blogueuses là bas, etc.

SAUF QUE, l’inconvénient c’est que ce n’était jamais aussi joli en vrai que sur les photos que j’avais vu. Parce qu’Instagram ce n’est que le PLUS beau, avec THE photo prise au moment du coucher de soleil #goldenhour et encore embellie avec un filtre et des retouches. (Puis éventuellement parfois avec une bombe en maillot de bain au deuxième plan haha).

À ce rytme là, je me dis que ça ne sert plus à rien de partir en voyage ! Autant passer notre temps à regarder des vlogs, au moins on voit le meilleur et le reste est occulté ! Plus de déception ! … Alors on se croirait dans un épisode de Black Miror quand je dis ça. Mais quel est l’intérêt d’aller découvrir uniquement le moche d’un pays alors qu’on a déjà vu le beau partout (sur instagram, les blogs, youtube, à la télé…) ?

L’une d’entre vous m’a dit “Faut-il se rendre dans une destination par plaisir, ou par plaisir de se faire envier ? Notre génération pense plus à partager qu’à vivre, c’est énervant mais c’est la réalité ! Moi même quand je vois un beau paysage je pense direct au post que je vais pouvoir faire avec cette trouvaille plutôt que de juste profiter de ce que je vois ! C’est vraiment pathétique en y pensant ! À croire qu’on ne sait pas exister autrement que par le regard des autres” < je tiens à préciser qu’elle n’était pas du tout instragrammeuse ! Et je tiens à préciser aussi qu’elle était loin d’être seule, j’ai reçu des dizaines de message comme celui là !

Je pense que ça fait réfléchir nan ? Moi en tous cas, j’y ai beaucoup pensé.

Alors je ne compte absolument pas arrêter Instagram, ou autre. Mais par exemple, quitter quelques habitudes. Pour vous donner un exemple, dans la vie, j’ai souvent du mal à CHOISIR (“choisir, c’est renoncer” dirait mon chéri). Alors au restaurant, pour me donner un coup de pouce je vais souvent voir l’Instagram du restau pour voir les plats, et choisir celui qui me donne le plus envie. Et puis quand mon plat arrive, bon bah je suis contente je me régale et tout. Mais quand on y repense, j’ai perdu un LOURD pourcentage d’émotion car je me suis gâché la surprise de la présentation, des couleurs etc. La cuisine c’est de l’art, le côté visuel à une grande importance dans le plaisir que l’on aura à déguster un plat. Bref, tout ça pour dire, ça, je vais arrêter !

Et pour le reste, je suis “pour” faire une petite photo rapide avant un plat, ou pendant une visite & co. Mais pour ce qui est des retouches, du post et co, on vit D’ABORD le moment et on verra le reste après. En voyage, avec le décalage horaire j’avais l’habitude de peu dormir, et je squattais instagram lorsque mon chéri dormait encore le matin. Cela me permettait de prévoir mes posts et de poster mes stories d’un coup, pour vous donner des news et partager, sans empiéter sur mes vacances ou nos moments perso.

Balifornia

En me balandant sur instagram j’ai découvert le hashtag “#Balifornia” : un mélange entre Bali et California. Et pour y avoir été l’été dernier justement en Californie, et ben ça a fait tilt.

Beaucoup d’endroits sont “américanisés”, dans des restaurants à la décoration similaire à Venice Beach, on mange des avocados toasts et puis on fait des selfies sur des murs peints en rose ! Pour moi, c’était un bonheur car je trouvais du vegan à toutes les sauces, et je me suis régalé. Mais à la fois, il y a vraiment un contraste avec la culture locale et balinaise.

Un soir on mangeait dans un restaurant “occidental”, le lendemain dans un “warung” (restaurant typique de Bali avec des spécialités culinaires du pays) et je peux vous dire que d’un endroit à l’autre on avait pas l’impression d’être sur la même île ! haha

Voyage ou vacances ?

Encore une fois, c’est moi la fautive, j’ai confondu voyage et vacances. Je pense qu’avant de choisir une destination il faut savoir de quoi on a besoin. Pour ma part, c’était de repos, de détente, et de zenitude après une année plutôt agitée. Je pensais à Bali comme un écrin préservé, avec des moines en tailleur et des yogis qui méditent à chaque coin de rue. Puis du soleil toute l’année… Je rêvais de farniente, de piscine, de plage de sable fin et surtout de plongée sous-marine

Au final, on a eu de l’agitation, beaucoup de pluie, et impossible de plonger car nous n’avons pas pu aller à Gili (interdit aux touristes au vu du contexte). Et nous avons aussi annulé Amed, car nous n’avions pas envie de traverser toute l’île et faire des heures de voiture juste pour deux nuits (puis je n’étais pas à l’aise d’être en face de la mer aussi…). Je ne me plaindrais pas de ça, car au vu des évènements ça serait mal venu de râler de ne pas pouvoir faire de plongée alors qu’il y a eu des décès. Mais c’est la seule activité qui me tenait à coeur et nous avons du l’oublier.

Bref, tout ça pour dire que c’était bête. Déjà, pour se reposer on ne part pas à 20h de vol… Ensuite, quand on part dans un pays comme Bali, on part avec une envie incroyable de le visiter. On se lève à l’aube le matin, on enfile les chaussures de marches, on fait des randonnées, on tente l’ascension du volcan, on prend un cours de surf, etc etc. Moi, je n’étais pas dans ce mood, et je ne partais donc pas du meilleur pied pour apprécier mon voyage.

Bilan

Voilà, alors pour clôturer je pense que ce n’est absolument pas Bali le problème. C’est une très belle île, et nos amis partis là bas il y a quelques années en étaient fou amoureux. Mais force est de constater que l’île est en plein bouleversement, et que tout change en un temps record, pour coller aux mieux aux désirs des touristes. Après ce n’est pas pire là bas que dans les Cinq Terres en Italie, ou qu’à Santorin en Grèce ! Le problème, partout dans le monde, c’est.. les touristes !

Avec du recul, je suis ravie pour les balinais, car cette situation est profitable économiquement, et l’Indonésie est une région très pauvre. La population est adorable, très souriante, et mérite vraiment le meilleur.

Mais est ce vraiment le meilleur ? De bétonner à ce point une ile ? De l’éloigner autant de son authenticité ? Et après ?

Est ce qu’une fois que les touristes commenceront à se dire “c’est trop construit, trop faux, trop pollué”, ils n’iront pas sur les îles voisines ? (on commence déjà à parler pas mal de Java par exemple). Et alors, pour répondre à la demande des touristes toujours plus nombreux, qui déserteront Bali au profit de Java, on bétonnera et on polluera Java ? Et ainsi de suite ? Ces questions restent ouvertes…

Pour ma part, ce que j’ai préféré, comme dans chacun de mes voyages c’est d’être avec mon copain, de profiter de la personne que j’aime, de me retrouver avec lui, de découvrir tout ça avec lui, de discuter pendant des heures. Et j’ai aussi aimer ouvrir les yeux sur tout ça. Puisqu’il n’y a qu’en étant conscient qu’on peut évoluer !

Merci à ceux qui ont lu cet article jusqu’au bout. Je vous retrouve très bientôt avec un article tout à fait différent et moins “personnel”, qui se contentera de vous donner là bas mes meilleures adresses :)) ! Car évidemment il y en a quand même énormément, ainsi que de belles surprises. Et on pourra enfin se concentrer sur le positif, maintenant que j’ai dis tout ce que j’avais à dire ! En attendant je vous laisse quand même avec quelques jolies photos. Passez une bonne soirée, à très vite xx

14 Commentaires

  1. Coucou35
    29 août 2018 / 21 h 14 min

    Dommage….
    Je suivais sur Insta ton voyage et celui d’Elofancy en même temps. Vous êtes relativement parties au même endroit au moment et désolée de te dire ça mais magie d’Instagram ou pas je trouve le sien beaucoup plus authentique. Contrairement à elle je n’ai pas spécialement vu que tu t’impregniais de la culture locale (d’ailleurs aucune photo ne montre que tu mangeais des plats typique, uniquement des pizzas, frites, etc…) sauf erreur de ma part. Ton récit laisse la sensation de l’instagrammeuse déçue de n’avoir justement rien trouvé à Instagrammer (faute de préparatifs)

    • 31 août 2018 / 9 h 22 min

      Hello Carole,
      Je suis totalement d’accord avec toi pour Elo, mais pour ma part les seuls moments “authentiques” qu’on a vécu (temple, discussion avec nos chauffeurs, resto traditionnel, etc) je me rends compte qu’on les a gardé pour nous. Je ne me voyais pas filmer les locaux, et le soir il faisait nuit à 18h donc il était rare que je partage mes dîner (et c’est plus le soir qu’on mangeait local).
      Après, tu le sais peut être, je suis végétarienne (et même quasi végétalienne) donc c’est vrai que j’avais repéré beaucoup d’endroits en amont où je pourrais manger sans problème et qu’une fois sur place j’avais très envie de les tester. Puis les plats balinais, même végétarien, contiennent souvent des oeufs..
      Enfin pour ta dernière réflexion, j’ai trouvé des dizaines de trucs à “instagrammer” (j’ai pris plus de 1000 photos à Bali), mais je n’ai juste pas le goût de les partager, puisqu’encore une fois je trouve que c’est des photos qui sont jolies mais quand on sait ce qu’il y a “autour” c’est fake et je n’ai pas envie de faire rêver les gens.

  2. Lena
    30 août 2018 / 6 h 37 min

    Super article et tres vrai. Bali est superbe mais rien a voir avec instagram, pour la petite histoire, une copine y etait allee un an avant moi et elle avait pris une photo absolument superbe d’une plage en hauteur, apparemment blue point beach. En allant a bali je voulais absolument voir cette plage prendre la meme photo etc. nous y sommes alles avec mon copain et… impossible de trouver le spot ou ma copine avait pris la photo, je me souviens d’une deception amere, j’etais trop en colere, j’avais tellement pense a cette photo, j’ai fini par m’engueuler avec mon copain qui ne comprenait pas pourquoi je faisais la gueule pour une photo (il avait bien raison). C’est trop pathetique en y repensant jai honte…Mais c’est un peu ca avec Instagram, c’est tellement beau et parfait, que quand on se rend aux endroits qu’on a vu, on est forcement decus… c’est bien triste 🙁

    • 31 août 2018 / 9 h 38 min

      Effectivement, c’est triste comme tu dis. Mais je suis convaincue que d’ouvrir les yeux là dessus, et d’en prendre conscience, ça nous fera changer ! Parce que là comme tu dis, tu as honte et à mon avis tu ne recommenceras jamais ce genre de truc.
      Et moi c’est pareil ! Ça me fait prendre un recul fou, je n’ai plus envie de chercher “le bel endroit” mais plutôt de tomber dessus par hasard, la surprise n’en sera que plus belle 🙂
      Merci pour ton retour en tous cas, très peu osent l’avouer “ici” en commentaire publique, mais j’ai reçu plein de DM sur insta, et je peux te dire qu’on est NOMBREUSES (vraiment nombreuses) à avoir des anecdotes de ce genre ! xxx

  3. Mathi
    30 août 2018 / 6 h 42 min

    Hello Nolwenn, je te laisse mon humble avis ici suite à cet article et après avoir suivi ton trip à Bali.

    Je ne suis pas du tout d’accord quand tu parles de “génération” et généralise ce que tu as vécu et la réflexion qui s’est imposée à toi. Je ne me reconnais déjà en aucun cas dans cette course à l’instagram, et moi qui voyage beaucoup (y compris récemment à Bali) je ne reconnais pas non plus une grande partie de mon entourage là dedans. C’est plus vrai si on regarde le peuples asiatiques qui voyagent maintenant beaucoup mais je veux parler là de notre génération à nous, française/européenne, les différences culturelles étant bien trop grandes pour mettre tout le monde dans le même sac là encore.

    Je trouve donc que tu devrais limiter ta réflexion à la “sphère” Instagram, influencers, bloggers et j’en passe, et non à cette caricature de génération “connectée” dont on parle à tout bout de champ et à qui on prête en permanence de ne bêtement jurer que par son écran de téléphone… Cette sphère ne parait effectivement obnubilée que par la création de son contenu, anticipant son voyage plus en faisant le “décompte” des bonnes adresses et des spots photos et non en ouvrant un bouquin ou tout simplement en se laissant porter. C’est dit, et encore cela me fait mal au coeur car je ne veux pas croire que tous les instagrammeurs soient comme cela. Bref.

    Je t’avoues rester surtout totalement pantoise face à ta réflexion, que je trouve très honnête ça c’est à mettre à ton crédit (d’autres auraient surement continué de faker pour ne pas perdre la face), mais tout de même hallucinante. Quand on ne te connaît pas on se dit “elle, elle a vraiment pas grand chose dans la tête”. Car t’entendre affirmer que tu as envisagé cette destination, préparé ton voyage et ton itinéraire grâce à Insta et les blogs, à coup de screen shots et d’adresses instagrammables quand, je cite, “je voyais des blogueuses là bas” = WTF !

    C’est drôle car tu déplores le tourisme “de masse” au sens quantitatif du terme, et à juste titre, Bali comme beaucoup d’autres destinations sont devenues à la mode en même temps que le voyage et l’avion se démocratisent. Mais je crois encore préférer un tourisme de masse qu’un tourisme à la quête non d’un pays ou d’un peuple mais d’un cadre qui servira leurs intérêts, car si la bétonisation est bien triste, la dénaturation d’un pays à long terme l’est encore plus à mon sens.

    Il me semble que tu n’avais déjà pas tellement kiffé LA contrairement à l’idée que tu (ou plutôt Insta peut-être?^^) t’en était faite. Avec ce nouveau voyage j’imagine tu prends encore plus conscience de la logique dans laquelle tu étais tombée. Mieux vaut tard que jamais je dois dire mais j’espère que tu ne prendras désormais plus le monde du blogging/instagram comme le nec plus ultra du lifestyle 😉

    • 31 août 2018 / 10 h 06 min

      Hello Mathi,
      Merci pour ton retour, ton avis m’importe aussi évidemment, je suis là pour échanger pas pour donner un avis inflexible.

      Quand je parle de “génération” je pense que je ne me plante pas tant que ça. Autant mon entourage proche (amis, famille) n’est pas trop là dedans, autant j’ai l’occasion d’échanger au quotidien avec des CENTAINES de personnes sur instagram (principalement des filles mais aussi quelques mecs), et même celles qui ne sont pas “blogueuses/instagrammeuses” etc. ont été les premières à partager mon avis et à ouvrir les yeux sur tout ça en reconnaissant qu’elles faisaient aussi ce genre “d’erreur”. Après la plupart ont un peu honte, donc les messages sont en privé en DM, et ça ne parait pas aux yeux de tous.
      Bon après il ne faut rien généraliser, et ces personnes avec qui je parle sont SUR instagram, donc c’est sur que ce sont des gens sur le réseau. Mais ça reste quand même une réflexion qui est partagé par une grande quantité de personnes je pense.

      Après la génération (la notre et encore plus la suivante) est très connectée ça c’est un fait. Oour travailler au quotidien dans un milieu scolaire, avec des jeunes c’est comme ça. Chaque pause est passée sur son téléphone, les photos c’est sans arrêt, il y a une vraie addiction aux réseaux sociaux.

      Ensuite, oui, je te l’accorde ça n’a pas été évident d’être honnête sur tout ça. Ça aurait été TELLEMENT plus facile de continuer “à faker” comme tu dis, partager 10 photos, fermer ma gueule et passer à autre chose (sans prendre le temps de discuter avec 500 personnes, sans perdre mon temps à rédiger un article de 10 pages, sans risquer de me faire lyncher). Mais honnêtement j’ai ouvert un blog pour que mes expériences puissent servir à d’autres, et pour leur éviter des choses qui ne m’ont pas plu (je parle ici de maquillage, fringues, et donc aussi de voyage).
      Pour Bali, je reste convaincue que c’est une belle destination, si on la prépare autrement, si on y va pour les bonnes raisons (rando, plongée, intégration dans la culture, avec un guide etc). Donc le but n’est pas de desservir le pays, mais d’éviter à d’autres personnes d’avoir le même ressenti que moi (et encore une fois, on est vraiment nombreuses à avoir un avis mitigé sur ce voyage cet été, j’ai de nombreux messages sur insta qui me sont revenus dans ce sens).

      Enfin, le “elle a pas grand chose dans la tête” .. Mouais. Je pense plutôt que d’oser se remettre en question et s’interroger sur sa façon de faire c’est une preuve d’intelligence, mais on est tous l’idiot de quelqu’un ! 🙂

      Bonne journée xx

      (PS: pour LA c’est très différent, c’est LE voyage de mes rêves, pour le coup je l’avais SUR préparé, et j’espérais m’y sentir bien puisque sur le papier c’était une destination faite pour moi, où je me serais bien vue vivre dans les années à venir avec mon chéri. On y allait donc dans une optique pas de voyage, mais de découvrir si on avait envie ou non de s’y installer. Et effectivement, non, car les quartiers qui me plairaient sont hors de prix et donc inaccessibles – et tant bien même un jour on pourrait s’offrir un bien là bas, les voisins seraient des gens très riches, et nous on vient d’un milieu simple et très cool donc pas envie d’être en représentation dans ma vie. Et downtown LA, j’ai été très choqué du nombre de personnes démunies, on sortait de 3 semaines de road trip, j’étais épuisée, et ça m’a brisé le coeur donc oui ça m’a un peu écoeuré quand tu vois les disparités!).

  4. Lisa
    30 août 2018 / 9 h 49 min

    J’ai eu exactement le même ressenti en allant à Cuba il y a quelques mois…. Le tourisme là bas est une vraie ressource économique pour le pays et bah on le sent ! Certaines villes sont noyées sous le flot de touriste et à la Havane j’entendais plus de français que d’espagnol ! Comme toi je suis revenue avec un avis partagé quand à mon expérience à Cuba… Le pays est magnifique, sa culture et son histoire sont incroyables mais ce côté “instragram land” et tourisme de masse lui font malheureusement perdre un peu d’authenticité et de charme…

  5. Julia
    30 août 2018 / 9 h 56 min

    Bonjour c’est vrai que moi j’ai une vision très différente de toi, peut être car je vais à bali toujours fin septembre début octobre et qu’il y a beaucoup moins de touristes. Par exemple tanat lot n était pas su tout bondé on a bien profité on a même participer à une cérémonie religieuse dans le temple! Les plages n étaient pas du tout pollué ( sûrement une particularité de la haute saison ) et comme nous avons visité plusieurs îles nous avons fait de la plongée c’était vraiment superbe. Après les asiatiques sont extrêmement a fond photo et instagram et ils font énormément de photos les uns après les autres, cest dans tous les pays asiatique qu’ont retrouve cette folie…

  6. @lowinskinthesky
    30 août 2018 / 14 h 58 min

    Nolwenn,

    Je suis partie à Bali pendant 5 jours, au même moment que toi (je m’étais d’ailleurs dit « chouette, je la croiserais peut-être à la balançoire! »). Moi aussi j’ai choisi cette destination en voyant des photos sur Instagram (la balançoire, encore elle). Je suis consciente d’être très influencée par ce que je vois sur Instagram, de vouloir faire la même super photo que toutes les blogueuses tout en entendant dans ma tête une petite voix qui me dit « non mais quand même, c’est un peu naze/pathétique/triste »). Tes stories là-bas ont fait écho à la petite voix, et m’ont permis de m’efforcer de limiter les dégâts d’Instagram sur mon voyage, je ne suis par exemple finalement pas allée à Bali Swing alors que c’était l’objectif principal de mon passage sur l’île (mon copain te remercie d’ailleurs de nous avoir évité ces heures de queue pour une photo!, & aussi pour la bonne adresse de CopperKitchen qu’on a adoré tous les deux). On a essayé de se recentrer sur l’authenticité de l’île, et on a eu de la chance, la première nuit nous avons dormi dans un hôtel tenu par des français qui nous ont mis en contact avec de supers chauffeurs/guides qui nous ont appris plein de choses, en s’arrêtant où on leur demandait et où ils nous proposaient en fonction de nos centres d’intérêt, sans ça le voyage n’aurait clairement pas été le même.
    J’hésitais aussi à l’époque à partir à LA, et après avoir lu tes articles sur ton passage là-bas j’ai abandonné l’idée pour programmer un roadtrip en Asie à la place, bref, tout ça pour te dire que j’apprécie beaucoup ta sincérité sur tes expériences.
    Je comprends aussi que tu aies préféré rentrer, je logeais à Amed face à la mer lorsqu’il y a eu les répliques à répétition, et j’ai vraiment beaucoup angoissé.
    Voilà, cela faisait un petit moment que j’avais envie de t’écrire, et c’était l’occasion pour te remercier de m’avoir fait réfléchir à tout ça avec toi. J’aime énormément te suivre sur Instagram (#groupie), à nous d’essayer de n’en tirer que le meilleur! xoxoxo

  7. Laurie
    31 août 2018 / 8 h 39 min

    Hello Nolwenn, je me permets de te donner mon avis suite à ton article. Tu es une influenceuse et ça me fait un peu mal au coeur que des lectrices lisent ton article et se fasse une fausse idée de Bali.

    J’étais à Bali en même temps que toi et pour autant je n’ai pas du tout vécu mon voyage de la même manière. Bali est une île magnifique avec de superbes plages, des paysages incroyables, des temples à tous les coins de rues et les balinais sont d’une gentillesse!! (j’ai eu quelques mésaventures au cours de mon voyage et a chaque fois les balinais nous ont aidés et même prêté de l’argent).
    Bali est à la mode mais comme n’importe quelle pays dans le monde et je trouve ça très triste que tu l’assimiles à Instagram. Je ne comprends même pas pourquoi tu dis ça. Je suis assez d’accord avec le commentaire de MATHI et sur le fait que si on te connait pas on se demande bien ce que tu as dans la tête tant ta réflexion est choquante.
    Va faire un tour dans les rues de NY, à l’empire state building, à LA sur hollywood blvd, à Paris devant la tour eiffel, en Italie devant la tour de Pise, en Allemagne devant le mur de Berlin, plage de Patong en Thailande. Il y a tellement d’endroits sur terre où on retrouve les mêmes clichés. Tout le monde fait la même photo mais non pas pour la posté sur instagram et avoir un maximum de likes mais car c’est une attraction touristique et on veut tous avoir le même souvenir!! Apparemment ce voyage t’a fait réfléchir mais je pense que tu devrais aussi réfléchir à ton addiction pour Instagram.

    Tu es partie sur cette île pour les mauvaises raisons et avec cette idée de trouver un île zen, spirituelle ou je ne sais quoi.. mais j’ai l’impression que tu n’as rien fais pour essayer de trouver de “l’authenticité” et comprendre Bali. On trouve sur cette île des ambiances tellement différentes en fonction des régions où on se trouve (je recommande fortement Amed et Uluwatu, un vrai paradis). Il faut prendre le temps d’apprécier l’endroit et chercher l’authenticité dont tu avais tant besoin ailleurs que dans les restaurants occidentaux de Canggu et sortir de la rue principale d’Ubud.

    Les attractions touristiques de Bali sont les temples, les plages et les rizières. Si tu t’étais un peu mieux informé de ton voyage tu aurais surement vu que dans les guides touristiques (Le routard, Lonely planet,..) ils parlent tous des mêmes endroits donc il faut s’attendre à trouver du monde sur place… et surtout beaucoup d’asiatiques et leurs perches à selfies ahah

  8. 2 septembre 2018 / 9 h 59 min

    Hello !
    Merci pour ce merveilleux article. Il est vrai que je ne commente que très rarement mais je trouvais important de le faire aujourd’hui.
    A vrai dire, je soutien ton point de vu. Je ne suis pas partie en vacances cette année, & à croire mon Instagram – ou tout autres réseaux sociaux -, LA destination de l’année c’était BALI. Comme si, tarif de groupe collectif & communication massive vers cette destination qui pour moi devrait garder son authenticité malgré son développement… C’est un peu le ressenti que j’ai eu cet été, & tu mets les mots sur ce que je ne pouvais pas dire sans y avoir été moi-même.

    Ton article ouvre les yeux sur la situation je trouve, malheureusement on a tendance à trop regarder sur ce qu’il se fait sur IG, et à vouloir prendre le meilleur paysage, la meilleure photos, la photo “parfaite” quitte à en enlever la spontanéité du moment… Et voilà comment je l’ai ressenti en ouvrant IG cet été. Bali = Instagrammable = destination à avoir dans son carnet de voyage…
    J’ai toujours rêvé de faire le tour du monde. Et je le ferait, mais comme tu le dis si bien dans ton article, j’ai bien peur que beaucoup de destinations comme tu as pu en faire l’expérience deviennent des lieux instagrammables au possible pour attiré le maximum de “like” & de touriste bien en vogue… (Mon dieu qui aurait cru qu’on pourrait aller jusqu’à mettre un miroir au sol juste pour des photos!!) J’aime beaucoup ta transparence dans cet article et vraiment MERCI !

    J’espère que tu as tout de même pu te ressourcer car c’était l’objectif principale de ton voyage & profiter un minimum sans avoir à marcher sur les touristes pour avoir une vue à couper le souffle – autant possible soit il -. Je connais ce problème des vacances en août – j’ai le même – & j’admets que ce n’est jamais facile de ne pas tomber sur un tsunami de touriste à perche à selfie… & je pense que, comme toi, pour le coup en pensant à Bali je me serait laissé emporté par IG & ses destinations “shootables”. Après tout, c’est un peu le repère de tout le monde aujourd’hui. Et il faut l’admettre, quand on part aussi loin on aime parfois se laisser emporter par les traditions, se laisser porter par la culture et pas forcément tout programmer de A à Z (surtout quand l’année a été éprouvante).

    Bref tout ce petit speech pour te dire : merci pour ton authenticité, merci pour ton point de vu, & merci pour tout ça.

  9. Pauline
    3 septembre 2018 / 16 h 51 min

    C’est vraiment un très bel article! Tu as un réel talent pour écrire, j’aimerai avoir le même haha. Au delà de ça, ton témoignage est vraiment sincère ça se lis, c’est tellement rare je trouve… Bref, comme d’hab j’ai adoré! Gros bisouuus

  10. Sarah
    18 septembre 2018 / 21 h 23 min

    Clairement faut arrêter le délire et de tout rapporter à Instagram. Aujourd’hui il y a du tourisme partout et ce n’est pas à cause d’instagram!!!! Les prix des avions et des voyages ont radicalement baissé et sont accessibles à plus de personnes. Et on ne peut reprocher aux personnes de faire des photos afin qu’ils se créent des souvenirs quand toi même tu prend tous tes repas avec un appareil photo au lieu de simplement le manger !!! Je ne sais pas quoi dire par rapport à cet article, je pense qu’effectivement il faut redescendre sur terre ou alors partir 15 jours sur la Croisette a cannes et rester sur son transat. Effectivement pas la peine de faire 20 de vol pour ça. A aucun moment tu ne parle de temples bouddhistes, des paysages de rizières, de randonnées en montagne et pourtant tout ça est tellement apaisant et totalement dans ce que tu recherchais. Je pense qu’effectivement tu As confondu vacances et voyages.

  11. 2 novembre 2018 / 5 h 19 min

    Totalement en accord avec toi sur cet article… Je suis partie a Bali il y a 2 ans et demi avec une copine, on etait tombees amoureuses du sourire des balinais, de leur gentillesse, de la beaute de la “vraie” nature qu’on croisait en cherchant les lieux instagram. Mais aussi on avait deja constate avec tristesse que le tourisme de masse etait en train de changer l’ile et de l,emmener vers un avenir beton et instagrafake.
    J’y suis retournee cet ete avec mon copain car nous habitons mtn en australie donc cest tout proche, et j’ai constate que tout s’est accelere… encore plus de beton, les balinais sont de plus en plus apres les touristes, forcement nous sommes leur source de revenu numero 1 maintenant. les prix ont augmente et la vraie richesse du pays, sa beaute naturelle, est de moins en moins presente…
    Quel dommage de denaturer a ce point la nature, de pousser les populations locales a vivre en dehors de leurs coutumes pour pouvoir survivre dans cette nouvelle economie…
    Si seulement le monde pouvait prendre conscience que tourisme ne devrait pas forcement rhymer avec globalisation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.