48   4634
42   5188
30   4757
44   3834
105   6309
135   13616
114   5334
194   7053
65   7446
128   9084

Entreprendre #1 – LES BASES

Hello tout le monde,

Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour mon premier post sur l’entreprenariat ! C’est une idée que j’ai en tête depuis un moment, de vous donner mes tips sur le sujet, mais j’ai toujours repoussé la rédaction de cette série d’articles par manque de temps. En ce moment, au vu du contexte actuel, c’est vraiment l’occasion de construire des projets et de se lancer alors je m’y mets en priorité pour enfin vous aider à vous y mettre ! Commençons par les bases :

Trouver un projet

Eh oui, ça peut paraitre bête, mais c’est le plus compliqué et c’est surtout ce qui va déterminer tout le reste ! Mon conseil serait de créer une liste de toutes les choses qui vous animent, des plus insignifiantes au plus concrètes, sans trop réfléchir. Puis ensuite, combinez vos passions, rêvez, envisagez toutes les options, brainstormez avec vos proches… Et trouvez des pistes pour votre projet.

De mon côté, j’étais passionnée par la photo, j’ai ouvert un blog puis mon compte instagram, j’ai partagé pour le plaisir pendant plusieurs années, sans penser une seule seconde que j’en vivrais un jour et que ça serait une activité à temps plein. Au final le bonheur était juste sous mes yeux, mais à l’époque ce n’était pas une activité commune et je croyais que c’était impossible. Ne faites pas cette erreur ! Rien est impossible.

J’ai eu la chance que cela me « tombe un peu dessus », que ça prenne et que je n’ai plus qu’à saisir l’opportunité (même si ça a été énormément de travail et que ça l’est toujours, je ne veux en rien minimiser mon investissement). Mais je le glisse, car ce n’est pas toujours comme ça que cela se passe, alors si vous désirez créer votre business, sachez aussi que vous pouvez repasser par la case « formation ». Évidemment personne n’en a envie à 30 ans (ou à n’importe quel âge), mais 90% de notre vie est consacrée au travail et une fois qu’on a notre job de rêve on a l’impression de ne même plus travailler, ce qui vaut quand même le coup de prendre un an ou deux pour ça, non ? Il existe dans les entreprises des fonts et des aides, vous pouvez aussi voir avec Pôle Emploi si vous êtes au chômage, ou avec des organismes privés pour vous formez le soir et le weekend si vous souhaitez cumuler cela avec votre activité actuelle.

Il existe des milliards de projets différents d’une personnalité à une autre. Que vous souhaitiez dessiner des vêtements, faire des bijoux, ouvrir un atelier de poterie, vous lancer dans l’immobilier, devenir coach, faire des bouquets en fleurs séchées, lancer votre podcast… etc. croyez en vous !

Analyser le marché

Cette étape est difficile, car en général la motivation est à son apogée, mais tout part dans tous les sens et les idées fusent. Il faut donc canaliser son énergie et éviter de se disperser. À trop vouloir en faire, on mélange tout et on finit souvent par lâcher l’affaire avant même d’arriver au milieu du projet. Je parle par expérience pour l’avoir vu des dizaines de fois autour de moi !

Tout d’abord, renseignez vous sur ce qui existe déjà, analysez le marché, réfléchissez « pratique ». Avant de vous lancer dans le vide, ça serait cool d’être sur qu’il y ai des chances que ça marche. Oui l’échec est un risque et ce n’est pas un drame, chacun peu rebondir. Mais personne n’a envie de tout quitter pour juste tomber. C’est beau de croire fort en ses rêves, mais il est temps d’affronter la réalité !

Parlez en autour de vous, à vos amis, votre famille, évaluez leur niveau de soutien, leur implication, leur curiosité. Parlez en aussi à votre coiffeur/coiffeuse par exemple, trouvez dans votre cercle des personnes susceptibles de connaitre votre branche (ou sur Linkedin pourquoi pas).

Vous pouvez aussi prendre rendez-vous avec un professionnel pour vous faire une étude de marché complète, cela a un coût mais si de votre côté c’est un projet avec investissement il est préférable de passer par là.

Créer votre entreprise

Pour information, il est interdit en France de vendre des biens ou des services sans statut et sans se déclarer à l’administration fiscale. Cette démarche juridique n’est donc pas à négliger ! Pour trouver un nom, vérifiez que celui-ci n’est pas déjà pris (sur l’INPI et sur google) et que les noms de domaine internet sont disponibles (sur OVH.fr par exemple). Si vous souhaitez déposer votre nom, votre marque pour la protéger et être le/la seul(e) à pouvoir l’exploiter, suivez > cet article. 

Pour établir la forme juridique qui vous conviendra le mieux, vous pouvez faire appel à un comptable. Celui-ci établira avec vous un devis des coûts estimés également (l’ouverture d’une entreprise, le dépôt des statuts & co est payant). C’est une partie assez technique, car ça dépend beaucoup de paramètre (si vous êtes seul(e) ou plusieurs dans le projet, le CA estimé, etc). Souvent pour les premiers projets, la forme choisi est la micro-entreprise, un statut simplifié qui permet peu d’administratif (vous pouvez l’ouvrir en 1h sur internet), beaucoup d’autonomie et une fiscalité allégée ce qui est vraiment idéal quand on démarre.

D’ailleurs, je laisse la parole ci-dessous à Mathilde, qui est consultante en création et gestion d’entreprises, chez Condillac Expertise à Bordeaux, et qui a accepté de vous donner son point de vue professionnel sur cette partie :

 

« Avant de se précipiter en micro-entreprise (anciennement auto-entreprise) ou en SASU, il est important se renseigner et surtout de se faire accompagner par des professionnels (avocats et expert-comptable) parce qu’on a souvent le réflexe de chercher sur internet mais ça donne surtout l’impression que c’est très compliqué et qu’il y a 1000 possibilités !

Selon moi, les 2 questions à se poser en priorité sont :

  • Est-ce que j’ai Pôle Emploi ? Pour combien de temps ? Car oui, en France, on peut créer une société et conserver ses allocations chômage. On a souvent tendance à critiquer Pôle Emploi mais ce système favorise l’entreprenariat. C’est un super dispositif !
  • Est-ce que j’ai des problèmes de santé ? Est-ce que je veux avoir un bébé ? Ca peut paraître fou mais ce sont des vraies questions. La protection sociale (maladie, retraite et prévoyance) est un élément clé dans le choix du statut !

Je vais essayer de vous expliquer rapidement la différence entre la micro-entreprise et la société d’un point de vu purement comptable/juridique :

> Micro-entreprise : Les cotisations sociales et les impôts sur le revenu sont calculés à partir du chiffre d’affaires (selon l’activité, il y a des seuils de chiffre d’affaires à ne pas dépasser). On ne peut rien déduire de son chiffre d’affaires (achat de matériels pour son activité par exemple) pour le calcul des cotisations et de l’impôt mais par contre l’administration fiscale applique un abattement fiscal intéressant. Par exemple, lorsqu’on est prestataire de services, l’impôt est calculé sur 66% du chiffre d’affaires, le forfait de charges (=l’abattement) est de 34%.

> Société : Les cotisations sociales et les impôts sur le revenu sont calculés à partir de la rémunération. C’est à dire sur le montant du virement qui part de votre compte pro vers votre compte perso. La société a son propre impôt : celui sur les bénéfices. On dit que la société est au réel, c’est à dire qu’on peut soustraire des charges de son chiffre d’affaires, par exemple, ses déplacements, l’achat de matériels, un loyer, une assurance professionnelle, pour le calcul de l’impôt de la société.

En société, le taux de charges sociales peut sembler plus élevé mais la base de calcul n’est pas la même et les garanties sont différentes.

Une fois le choix du statut juridique fait, vous allez pouvoir soit créer votre micro-entreprise très rapidement sur internet comme le dit Nolwenn ou créer votre société. Créer sa société est un peu plus long et demande de la rigueur mais une fois encore si vous confiez cette mission à un professionnel, en 1 semaine vous pouvez obtenir le Kbis de votre société.

Votre société devra avoir un nom, un capital social, un siège social (chez vous, dans un local ou un coworking par exemple) et un objet social (le pourquoi elle existe, qu’est ce qu’elle va faire). La société doit également avoir son propre compte bancaire.

Une fois que la société est créée, vous avez tout un tas d’obligations fiscales, sociales et juridiques à respecter. Je peux vous en citer quelques une sans être exhaustive : déclarations de TVA, DSI, Assemblée générale d’approbation des comptes, …  

Sur cette partie plus comptable, le meilleur conseil que je puisse vous donner et également de se faire accompagner par des professionnels du métier, ça vous permettra de vous concentrer sur votre activité et de générer du chiffre d’affaires. En résumé : Trouvez vous un bon comptable, sympa, pas trop cher avec des bons outils et concentrez-vous sur vos clients ! »

Merci beaucoup à Mathilde pour son temps et ses précieux conseils. De mon coté, j’ai un comptable depuis plus de 2 ans, son accompagnement était sommaire lorsque j’étais en micro-entreprise mais quand même d’un grand soutien lorsque j’avais une question. Récemment, je suis passée à un statut SAS et désormais on se fait un point mensuel sur la situation. J’ai choisi de déléguer tous les services possibles pour les déclarations URSAFF, TVA etc. Il ne me reste qu’à tenir un petit tableau de comptabilité pour suivre l’évolution du CA, être à jour dans mes factures et leurs suivis. Pour cela vous pouvez passer par des outils en ligne comme facture.net qui est 100% gratuit.

Let’s go !

Il est temps de se lancer, d’entrer dans votre projet à 8000% sans regarder en arrière. Il faut y consacrer du temps de l’implication et un peu d’argent (si on considère ci-dessous que vous n’avez pas déposé votre marque et que vous êtes en auto entreprise, jusque là tout est gratuit).

Bon encore une fois, comme je ne cible pas « un projet » mais que j’essaye d’envisager l’entrepreunariat au sens large, c’est assez difficile de prendre en considération toutes les options. Évidemment, s’il s’agit d’une création de marque il faudra à ce moment s’entourer d’une graphiste, sourcer des tissus, choisir un atelier en France ou à l’étranger, dessiner une collection, recevoir les prototypes etc. S’il s’agit de la création d’un blog ou d’un podcast vous pouvez utiliser le matériel à votre disposition avant d’investir (mon matériel sera l’objet de mon prochain article!). Du coup pour tout ça je vous laisse chercher de votre côté, via des articles spécialisés dans votre domaine, et via les conseils de vos proches et des professionnels avec qui vous pourrez être en contact. Et je me tiens également à votre disposition en commentaire de cet article, par mail ou en DM insta pour en parler si je peux vous aider :))

Communiquer et faire connaitre votre projet

Mon étape préférée, la plus fun, la plus sympa !

  1. Définissez votre identité graphique / logo
  2. Créez des réseaux sociaux / un site internet
  3. Envisagez une campagne de pub

Pour le point numero 1, en tant que bonne petite personne adepte du marketing, je vous conseillerai d’y mettre le paquet. Pour avoir travaillé avec beaucoup de graphistes (dont ma meilleure amie Maëlla) on s’aperçoit vite de la différence FLAGRANTE d’un projet quali ou non quand ce point est négligé. Un(e) graphiste, ça a un coût je vous l’accorde. Mais vous pouvez passer par des étudiants qui font leurs armes et qui pour autant sont très talentueux ou voir avec un freelance ses tarifs et faire plusieurs devis. Si vous voulez que ça fonctionne, pour moi ce point est à voir comme un réel investissement et non une dépense. Ca vous donnera de la crédibilité et du poids, que ce soit auprès de vos proches, de vos clients, de vos actionnaires etc.

Pour les réseaux sociaux, mon conseil serait de créer seulement ceux que vous pouvez développer correctement. Il vaut mieux avoir seulement un compte instagram bien alimenté plutôt que d’avoir aussi facebook, Linkedin, youtube, tiktok etc. mais d’avoir des comptes fantômes. Après rien ne vous empêche de réserver les noms sur ces réseaux pour les développer plus tard.

Enfin, pour promouvoir votre projet, il existe les pubs sur Facebook (reliées directement à instagram, elles apparaissent sur les deux réseaux si vous sélectionnez l’option), qui sont de vrais campagnes dans lesquelles vous pouvez choisir votre cible. Vous définissez votre audience en sélectionnant les critères que vous jugerez pertinent : sexe, âge, lieu d’habitation et centre d’intérêts. Puis vous investissez un petit budget, entre 100 et 200€, pour évaluer les retombées. Autre possibilité, faire appels aux influenceurs (haha) ! J’en rigole mais c’est quelque chose qui se démocratise énormément et qui peut être un vrai tremplin !

Voilà, ce premier article est déjà bien complet, j’espère qu’il vous inspirera, et je vous retrouve vite pour un second volet où cette fois je vous détaillerai tout le matériel dont vous pourriez avoir besoin :))

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.