22   2218
33   2898
43   2746
37   4175
32   3166
21   2884
72   5384
56   5135
55   2681
12   2850

3 mois

J’ai toujours plus d’inspiration pour écrire la nuit…

Cela fait 3 mois déjà que je suis dans ce cauchemar sans fin. J’ai un peu appris à vivre avec ce trou béant dans la poitrine, ce manque constant, ce coeur qui bat au ralenti, ce goût amer des larmes que je dois souvent refouler. Mais je ris parfois (souvent même d’ailleurs, parce que je suis assez drôle 😉 ), et pour ça je ne culpabilise jamais. Qui culpabiliserait de retrouver un peu de bonheur? Ma mère et ma grand-mère ne m’en voudraient jamais ! Au contraire. Je le fais pour elles. Parce que même si on vit encore toutes les 3, d’une certaine manière – chacune dans nos univers, c’est moi qui suis encore sur terre, à mener cette existence ici, sans elles; et à vivre pour chacune d’entre nous.

Pour autant, je suis malheureuse, c’est indéniable. Comment ne pas l’être…

Le pire ? C’est quand je réalise que c’est vraiment terminé, que plus rien ne sera comme avant. Je sens que je lutte encore contre la phase d’acceptation, que tout ça est encore loin. C’est étrange d’être lucide sur sa situation à ce point…

Bref, quand par moment tout me revient comme un fracas, que je me dis que nos dimanches à 5 c’est terminé, moi qui les aimait tant ces moments d’amour, je hurle de douleur. Je profitais tellement de chacun comme si c’était le dernier, sans jamais me douter que ça arriverait et qu’un jour, le dernier le serait vraiment… Jusqu’ici je pensais que « ça n’arrivait qu’aux autres ». Depuis tout a changé pour moi, la vie me semble bien plus dure – déjà parce que je souffre, mais aussi parce que je m’aperçois que « les autres » c’est tout le monde….

Le NOMBRE de messages que je reçois chaque jour… Ici, sur le blog, sur instagram, par mail. C’est de la folie. Je ne sais pas pourquoi on est autant à avoir perdu un parent, un proche, si jeune. Pourquoi il existe autant de drames… Mais je sais qu’on est beaucoup à se comprendre et à se soutenir. Quand il arrive un truc pareil, on est plus emphatique, on est changé à jamais, on vit tout plus fort, surtout les peines.

Alors je suis désolée pour les gens. Désolée d’avoir été si heureuse pendant 28 ans sans me soucier du malheur des autres, désolée de lire à quel point ils sont brisés, désolée de ne pas trouver les mots et le temps pour répondre à chacun comme j’aimerais le faire. Mais pour l’instant c’est trop dur. Je lis mais je reste muette. J’envoie des coeurs et des mercis…

Je sais que je viens de démarrer mon chemin, mais j’ai reçu tellement de témoignages de personnes ayant vécu des choses similaires que je sais d’avance ce qu’il y a à savoir. On me dit souvent « on ne s’en remets jamais, on vit avec, on survit ». Alors j’essaye.

Je suis fière de chaque victoire, de chaque jour sans médicament, de chaque nuit où j’arrive à dormir, de chaque matin où je trouve la force de me lever, de chaque repas avalé, de chaque mail auquel je réponds, chaque projet dans lequel je m’investis. Je suis fière parce que je n’ai envie de rien mais je puise au plus profond de mon âme pour entendre sa voix me pousser, sa douceur m’aider. Parce que ma maman a toujours tout fait pour moi et que j’ai toujours voulu tout faire pour elle. Elle était fille unique, je le suis aussi. C’était ma mère mais aussi ma meilleure amie, ma soeur, c’était elle et moi contre le reste du monde, aucune dispute ne nous abimait, c’était la seule qui pouvait tout me dire, qui me connaissait par coeur, et qui m’aimait encore plus fort malgré tous mes défauts.

Puis, quand vraiment c’est trop dur, que je n’en peux plus, quand la nuit le coeur s’ouvre plus facilement, que les larmes sont moins pudiques et coulent plus facilement aussi, voilà ce que je me répète : je n’ai pas le choix. C’est comme ça, il n’y a rien à faire à part croire en elle, voir les signes qu’elle m’envoie, espérer la retrouver un jour, et surtout réaliser à quel point j’ai eu de la chance de l’avoir et de la connaitre. Pour rien au monde je n’échangerai ça, je préfère avoir mal jusqu’à la fin de mes jours plutôt que de ne pas l’avoir eu comme maman.

Partager:

6 Commentaires

  1. julia
    19 septembre 2019 / 0 h 55 min

    ❤️
    Magnifique, je sais que c’est maladroit ce mot magnifique, mais l’amour que tu décrits qu’il y a entre vous est magnifique…

  2. Emma
    22 septembre 2019 / 21 h 29 min

    les larmes aux yeux❤️❤️

  3. Margot
    26 septembre 2019 / 10 h 24 min

    Cette pensée pour toi, la compréhension et la compassion. Rien n’est plus comme avant mais ils sont là, présents, auprès de nous et ils veillent sur nous. Tous les jours <3

  4. Cécilia
    27 septembre 2019 / 10 h 00 min

    Bonjour Nolwenn,
    Encore un très bel article, écrit avec le coeur.
    J’ai perdu ma maman il y a 15 jours alors je me retrouve dans tous tes articles… Bon courage, je t’envoie toutes mes pensées affectueuses.

  5. Elo
    2 octobre 2019 / 14 h 04 min

    Je suis fière de toi ♥

  6. Charlène
    11 octobre 2019 / 7 h 35 min

    ♥️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.