Créatrice de contenu digital

Hello tout le monde,

J’avais très envie de vous écrire un nouvel article sur mon métier depuis un an : « Créatrice de contenu digital ». En effet, l’année dernière à la même époque, je quittais mon CDI de Chargée de Communication après plus de 3 ans de stabilité… Mon article sur le sujet vous avait beaucoup plu : j’y expliquais mon parcours, mes taches quotidiennes et mon épanouissement dans cette voie. Ça a été une des plus jolies expérience de ma vie ! Pourtant, dans le dernier paragraphe je vous parlais de la complexité que j’avais à tout gérer (un job à plein temps + mon activité de freelance pour le blog & instagram) et peu de temps après j’ai fait le grand saut : j’ai tout quitté pour me lancer uniquement à mon compte.

Tout s’est fait très naturellement, j’avais déjà mon activité annexe, il ne manquait plus qu’à la développer ! Mais je n’avais jamais prévu d’en vivre (j’étais même assez catégorique dans cet article : Devenir blogueuse?)… Alors j’ai du revoir mes critères. Et un an plus tard, je peux vous dire que je n’ai AUCUN REGRET… !!!!

Je me rends aussi compte qu’au quotidien c’est un métier qui intrigue beaucoup ! Comment ça fonctionne ? Comment travaille t-on ? Comment est-on payé ? Ces questions me sont souvent posées. J’avais déjà expliqué ce qu’était les collaborations, la sponsorisation etc. mais à l’époque ce n’était pas mon activité principale. Je vais donc essayer aujourd’hui d’être encore plus précise :

En quoi consiste le métier de créateur de contenu ?

J’utilise le terme « créateur de contenu digital » pour regrouper tous les autres termes (blogueurs, influenceurs, youtubeurs, instagrammeurs…). Le point commun est de créer du contenu sur le web, pour que ce soit ensuite publié sur un blog personnel ou sur une plateforme.

Ce contenu peut ensuite être envoyé à la marque pour qu’elle s’en serve sur ses propres réseaux, ou publier sur les réseaux personnels du créateur (qui a souvent une communauté qui le suit et donc de la visibilité à offrir en plus de sa capacité à créer des photos, des vidéos, des podcasts, des articles..).

Comment est on rémunéré ?

LA QUESTION qui intéresse le plus ! Eh oui, car vous savez qu’on reçoit des cadeaux, mais vous savez aussi qu’on ne paye pas son loyer en rouge à lèvres…!

Tout simplement via les marques, qui débloquent des budgets pour être mises en avant. Tout comme elles payeraient pour un encart dans le journal, pour une publicité à la radio ou un spot télévisé, elles ont une enveloppe pour la visibilité sur le web.

Si on revient à la base de la communication – par exemple pour une marque de vêtements, il faut choisir un(e) styliste pour créer les looks, puis payer un(e) mannequin pour les porter, puis un(e) photographe pour les images et enfin s’adresser à différents supports pour les mettre en avant (magazine, journal, télé..etc) et cela a un prix différent en fonction de l’audience.

Il est donc facile que ce soit bien moins cher avec un créateur de contenu qui se charge de tout (recevoir les vêtements, les porter, les photographier et les mettre en avant sur ses réseaux) ! De plus, on peut sélectionner un créateur de contenu pour son audience et cibler ce que l’on souhaite. Par exemple, une blogueuse maman pour mettre en avant des vêtements de grossesse, car celle-ci sera probablement suivie par d’autres mamans et donc il y aura plus de chances de générer des achats. Enfin, sur internet on peut « tracker » les ventes et donc savoir d’où elles viennent pour être sur que cela est rentable, ce qui n’est pas le cas sur un support print comme les magazines !

Un cachet global ou des commissions ?

Comme je le disais ci-dessus, on peut savoir d’où viennent les ventes. Comment ? Soit en créant un lien personnalisé (avec une URL spécifique, qui permet de savoir où les gens ont cliqué et d’où ils viennent) soit avec un code promo !

Mais du coup, est-on payé grâce aux ventes générées ? C’est possible, mais pour ma part j’ai toujours refusé puisque je ne suis pas « commerciale » pour la marque, je ne veux donc pas pousser à l’achat. S’il y a des ventes, tant mieux pour la marque, s’il n’y en a pas, tant pis, de mon côté j’ai fait le job (la photo, la mise en avant et donc la notoriété). Je considère que cela a un prix et que je ne suis pas responsable du chiffre d’affaire d’une entreprise. J’ai donc des prix fixes sur mes créations de contenu et cela n’a rien à voir avec les ventes (et je l’écris bien noir sur blanc, car vous êtes souvent plusieurs à me dire > « j’ai utilisé ton code promo » et je vous réponds que c’est génial pour vous car ça vous fait des réductions, mais que pour moi ça ne change rien).

Enfin, rien, n’allons pas jusque là ! En effet, même si je ne touche pas de commission, la marque voit de son côté combien de fois le code promo a été utilisé et sait donc rapidement si je suis « rentable » ou non. C’est donc cela qui la poussera à continuer à travailler avec nous ! D’ailleurs, pour être honnête, cela est très opaque pour nous car aucune marque n’accepte de nous dire combien de fois un code a été utilisé, ni quel est le CA réalisé. Je pense que c’est surtout car si on le savait on augmenterait significativement nos tarifs ! haha

Le cas de l’affiliation

Je dois reconnaitre que si pour toutes les collaborations « classiques » que je fais sur instagram je refuse les commissions, je fais une exception pour l’affiliation. Qu’est ce que c’est ? C’est le fameux lien tracké dont je vous parlais plus tôt, qui permet une commission automatique via des logiciels quand il y a des ventes.

Cela se passe sur des plateformes comme 21buttons. Pour la présenter à ceux qui ne la connaissent pas, elle est très pratique puisqu’elle permet de taguer facilement tout se qui s’achète en ligne, sur des photos que l’on upload sur notre compte. Par exemple, des tenues, mais aussi de la décoration, du maquillage… Quand vous faites un achat via l’application ou le site, je reçois automatiquement une petite commission (ça se compte en centimes). Et le meilleur sur 21buttons c’est que l’application est ouverte à tous, vous pouvez donc vous aussi vous y inscrire pour faire de l’affiliation !

Dans le même genre, il existe Rewardstyle (que j’utilise parfois pour l’onglet SHOP du blog), Kwanko, Awin, Effiliation… Mais toutes ces plateformes là sont réservées aux créateurs de contenu « pro ».

Pour ma part, l’affiliation représente moins de 100€ par mois, mais pour certains (qui sont plus assidu sur les plateformes, qui vous font des sélections de vêtements ou déco avec lien trackés etc) cela peut très vite grimper. Et pour vous, ça ne change ABSOLUMENT rien, vous payez le même prix, c’est le site sur lequel vous faites l’achat qui reverse le pourcentage. Pour moi, c’est surtout le côté pratique de pouvoir concentrer sur un seul endroit tous les liens de ce que je porte / de ce que je montre afin de vous aider rapidement à trouver ce que vous souhaitez.

Comment avoir confiance quand le contenu est rémunéré ?

Avant d’être une « créatrice de contenu » j’ai surtout été (et je suis toujours) une accro à instagram. Je suis des dizaines de blogueuses, j’adore leur façon d’être, leurs goûts, leur style… Je ne suis pas quelqu’un pour son salaire, comme je ne choisi pas mes amis pour leur pouvoir d’achat ! Je pense donc qu’il ne faut pas voir le mal partout, qu’il faut suivre quelqu’un avec qui vous partagez les mêmes convictions et qui sait présenter des choses qui vous plaisent, qui sont cohérentes, sans penser de suite qu’il veut vous les vendre à tout prix !

Si je prends mon cas, je sélectionne énormément mes collaborations. Je refuse plus de 80% de tout ce qu’on me propose, peut importe l’aspect financier. Je regarde d’abord le site, si c’est quelque chose dont j’ai besoin ou envie, que je pourrais m’acheter par moi-même. Si tout ça est réuni, on discute d’un projet et je vois si ça colle à ce que je suis capable de faire (en terme de création, mais aussi de timing) et enfin on parle de budget.

Et il ne faut pas croire que tout ce qu’on fait est payé ! Oui c’est une partie du travail, mais il y a aussi ÉNORMÉMENT de collaboration que l’on fait gratuitement, parce que la dotation produit est déjà élevée, parce qu’on veut aider un(e) petit(e) créateur(trice) à se lancer…etc.

Ne pas confondre la dotation avec la sponsorisation

Quand j’ai commencé mon blog et pendant plusieurs années, je ne faisais que de la « dotation » appelée aussi « gifting ». C’est à dire recevoir un ou plusieurs produits pour en parler, mais tout ça de manière gratuite et bénévole. Cela me convenait parfaitement puisque j’avais mon métier à côté, je faisais ça par passion et ces petits cadeaux étaient juste un plus !

Ensuite, j’ai ouvert une auto entreprise  et j’ai commencé à me faire rémunérer sur certaines opérations. Le pourcentage d’opérations payées était minime, mais me permettait un petit complément de revenu. Aujourd’hui, les collaborations sponsorisées (et donc payées) sont plus nombreuses car la création de contenu est devenue quelque chose de courant, dont on entend parler au quotidien (dans le journal télévisé, dans E=M6, dans Capital…) et du coup les marques prévoient souvent un budget pour ce qu’ils appellent « l’influence ».

MAIS tout n’est pas payé ! Des centaines de marques fonctionnent encore seulement à la dotation.

Personnellement, j’en accepte encore beaucoup puisque je marche au coup de coeur ! Si un produit me plait, que ce soit payé ou non, j’aurai envie de vous le présenter.

L’objectivité quand c’est une activité principale

J’ai souvent entendu « mais comme maintenant c’est ton métier à plein temps, tu dois être obligée d’accepter des choses dont tu n’as pas vraiment envie, juste pour vivre ». Mais pas du tout ! Certaines collaborations sont plus rémunératrices que d’autres et parfois en une ou deux collaborations, j’ai de quoi payer mes charges. Le reste n’est donc que du plus, mais pas du tout une nécessité.

Je trouve que je suis plutôt constante dans mes partenariats, par exemple avec Hellobody. J’ai commencé à travailler avec eux en échange d’un gommage et d’une crème ! Aujourd’hui je suis payée, mais ça n’a rien changé à mon implication à tester les produits et à vous les recommander. Si je voulais, je pourrais travailler avec d’autres grandes marques de cosmétiques, changer tous les mois, chercher à être payer plus, à toucher de plus gros budgets. Mais je préfère être fidèle et rester auprès d’une marque que j’aime, en laquelle j’ai confiance et qui me convient au quotidien. Je pense que c’est aussi plus cohérent pour vous et que la cohérence apporte la pérennité.

Démarcher ou être démarché ?

Encore une question qui revient beaucoup : est ce que j’écris aux marques ou est ce qu’elles viennent à moi ? Je dirai qu’à 99% ce sont les marques ou les agences qui me trouvent.

Les agences sont majoritairement parisiennes, mais il y en a aussi en province. Celles-ci sont spécialisées en communication et aident les marques à mettre en place leurs campagnes. Elles vont cibler les profils, les contacter, négocier les budgets, suivre les publications, récolter les statistiques, et faire un reporting à la marque. Il y a des agences « lifestyle » qui sont globales et travaillent pour tout type de marques (mode, beauté, food, voyage…) et des agences spécialisées (qui ne font que des marques de beauté par exemple).

Via ces agences, le bouche à oreilles va très vite et quand on commence à travailler avec l’une, on travaille vite avec toutes (si on fait du bon boulot évidemment). Ensuite, les marques peuvent aussi nous trouver et nous contacter elles-mêmes (en tombant sur notre profil instagram, en cherchant sur le web – par ex si on tape « blog mode Nantes » sur Google j’apparais en première page et donc on peut me trouver comme ça).

Bref, je n’ai pas besoin de démarcher puisqu’au quotidien je reçois déjà trop de propositions et je dois même en refuser la majorité. Mais je n’exclus pas le 1% restant.

Si jamais je vois quelque chose qui m’attire énormément, que j’ai vraiment envie de tester, je peux être susceptible d’envoyer un mail si une copine a le contact. Par exemple, il y a 2 ans c’est moi qui ai écrit à Invisalign ! J’avais été chez l’orthodontiste, on m’avait proposé cette technique et je savais que j’avais envie d’en parler sur les réseaux et le blog (puisqu’à l’époque je portais des bagues, je parlais de mon « ravalement de façade » et le sujet vous intéressait énormément), je me suis dit que ça serait INCROYABLE s’ils acceptaient de m’offrir le traitement. J’ai tenté (sans grande conviction) et finalement ils sont revenu vers moi un an plus tard en me le proposant. Depuis, j’ai aussi donné le contact à plusieurs copines qui ont pu écrire à la marque pour « postuler » !

Un exemple CONCRET

Pour synthétiser et vous donner un exemple concret de comment ça se passe :

  • je reçois un mail et j’échange avec la marque ou l’agence
  • je fais une sélection de pièces pour choisir ce que j’ai envie de tester / porter (si c’est des vêtements ou de la cosmétique) et on discute de la création de contenu attendue, ainsi que du budget si c’est sponsorisé
  • si la collaboration est rémunérée, il y a un contrat à signer pour acter le tout
  • à réception des produits, il y a souvent une demande de validation du contenu, donc je fais les photos / vidéos et je les envoie à la marque (c’est très rare que ce soit refusé)
  • ensuite je poste le tout à la date choisie
  • quelques jours plus tard, j’envoie toutes les statistiques des publications à la marque pour qu’elle ai une idée du nombre d’impressions
  • certaines marques fonctionnent en « one shot » mais je travaille avec la plupart à long terme donc on discute de la suite pour s’adapter à ce qui a marché ou non pour continuer à vous plaire et à faire un contenu de qualité…

Est ce que je gagne bien ma vie ?

Je sais bien que vous voudriez encore PLUS concret, encore plus perso et que j’aille encore plus loin. Mais tout ce que je peux vous dire c’est que oui, je gagne mieux ma vie que quand j’étais salariée (alors que j’avais qu’une trouille c’était de gagner moins et de ne plus pouvoir payer mes charges, j’ai eu tellement peur de me lancer!). Aujourd’hui, j’ai même la possibilité de prendre quelqu’un pour travailler avec moi sur mes mails ! Ce n’est pas un contrat temps plein, loin de là, mais c’est déjà un super luxe pour avoir plus de temps pour me concentrer sur ce que j’aime faire, et ce pour quoi j’ai ouvert mon blog et mon insta : créer et partager avec vous.

Il existe une multitude de contenus à créer (pour ma part article de blog, post instagram, story, IGTV) et chacun est vendu à un prix différent, en fonction du temps à passer pour le créer et de la visibilité qu’il aura.

Il n’existe pas de « grille tarifaire » puisque d’un créateur de contenu à un autre les budgets seront différents. De mon côté, j’ai plusieurs copines qui vivent d’instagram et on échange régulièrement de nos prestations et des prix proposés, histoire de se mettre sur la même longueur d’onde et d’uniformiser un peu le tout, mais cela dépend aussi du taux d’engagement.

Ce fameux taux d’engagement mériterait un article à lui tout seul, mais pour faire simple il s’agit du ratio entre le nombre de followers et le nombre de réactions. En gros, si vous êtes suivi par 300 000 followers, mais que vous avez 200 likes sur vos photos et que vos stories sont vues seulement 1000 fois, votre taux est pourri et l’impact ne sera pas plus gros qu’avec un compte qui a 3000 followers…! Il faut donc que les marques / agences soient vigilantes et fassent une vraie veille sur les profils qu’elles ciblent (il existe des outils pour les aider, tel que HypeAuditor).

Si votre taux d’engagement est élevé, votre taux de transformation sera élevé (c’est à dire l’implication de vos followers > nombre de clics sur un lien quand vous parlez de quelque chose, nombre de ventes…) et donc ça sera rentable de travailler avec vous. C’est donc là dessus que je mise pour penser à long terme. Je fais régulièrement du tri dans mes abonnés pour supprimer les faux profils, les comptes suspects et garder uniquement des filles avec qui j’aime partager au quotidien et qui me suivent pour les bonnes raisons.

Enfin, je terminerai par dire que pour se lancer à son compte il faut une entreprise (dans mon cas, une auto entreprise); et que cela demande une grande rigueur, du temps pour la gestion administrative, ça a un coût (en tous cas pour ma part car j’ai pris un comptable), et derrière tout ce que vous touchez ne va pas dans votre poche (et vive la France !). Pour ma part entre les charges, la TVA et les impôts je reverses quasi 60% de ce que je touche !…

Mes projets d’avenir

Pour l’instant je n’en ai pas. Je me suis lancée il y a un an tout pile, ça a été une des meilleures décisions de ma vie… D’autant plus que sur un point plus personnel, cela m’a permit de profiter énormément de ma famille pendant l’année 2019, de veiller auprès de ma grand-mère jusqu’à son départ, mais aussi de pouvoir tout couper pendant plusieurs semaines/mois quand j’ai perdu ma maman (chose que je n’aurai pas pu faire avec un job classique). J’ai pu revenir progressivement. J’ai songé à tout arrêté. Mais je suis toujours aussi passionnée… Ma mère était fière de moi et ce job je le vis à 300% pour elle.

Même s’il a aussi des aspects négatifs (ça reste un métier d’image, il faut faire semblant même quand vous vous effondrez en pleurs 5 min après avoir enregistré votre story / les weekends et vacances ça n’existe plus, on ne peut jamais couper / il faut se protéger et protéger sa vie privée et parfois ce n’est pas simple …) etc. de mon côté je n’en changerais pour rien au monde…

Je sais que je ne ferai pas ça toute ma vie, mais je n’ai aucunement envie de lancer une marque ou quoique ce soit pour le moment. On verra avec le temps !

J’espère que cet article très long saura vous éclairez, n’hésitez pas s’il vous reste des questions. Je vous embrasse et je vous remercie d’être là au quotidien à mes côtés pour vivre de ma passion. Love u !

13 Commentaires

  1. 9 décembre 2019 / 22 h 11 min

    C’est très intéressant de comprendre un peu mieux l’envers du décor ! Merci pour ta transparence et ta sincérité ! <3

    • Mayou
      10 décembre 2019 / 18 h 19 min

      Tu as un parcours impressionnant et tu peux être fière de toi. Je t’admire, je ne peux que te souhaiter le meilleur. ♥️

  2. Laura C
    10 décembre 2019 / 8 h 41 min

    Merci pour honnêteté, ton article est super intéressant!
    Belle journée

  3. Leslie Moreau
    10 décembre 2019 / 9 h 55 min

    Toujours aussi honnête et transparente. Qu’est ce que c’est agréable.
    Un bien joli métier que tu fais là. C’est un réel plaisir de te suivre. <3

  4. Car
    10 décembre 2019 / 10 h 38 min

    Merci Nolwenn, très clair et super bien écrit !

  5. Photos_sur_cour
    10 décembre 2019 / 14 h 44 min

    Merci pour ton article, il est très complet et honnête !
    Je ne te suis pas depuis très longtemps sur Instagram mais je suis bien contente de t’avoir découverte. Tes photos, story, ton univers est plein de douceur et de tendresse, c’est un vrai bonheur de te suivre
    Bonne continuation ✨

  6. Aurelie
    10 décembre 2019 / 16 h 08 min

    Merci Nolwenn d’avoir pris le temps pr tous ces éclaircissements sur ces nouveaux métiers! je ne savais pas que tu en avais fait ton travail! mais j’avais noté un changement notable entre la première fois que j’ai découvert ton Instagram et ces derniers tps. Je me rappelle avoir découvert ton univers en visualisant tes photos de voyage en couple à Santorini. Ce qui m’a donné envie d’y aller pour mon voyage de noces. Les photos que tu fais maintenant sont plus pro, je me disais bien que c’était beaucoup plus commercial, que tu cherchais à faire de la publicité. À dire vrai ca me dérange un peu car c’est devenu un peu moins personnel comme page… Je déplore qu’Instagram soit devenu très publicitaire. Moi ce n’est pas ce que je cherche. mais je continue de te suivre au quotidien car j’aime ta personnalité, les articles de ton blog, tous tes voyages. Bonne continuation! et reste telle que tu es: naturelle, avec toujours plein de choses intéressantes à raconter, et ton si beau sourire

  7. Chloe LC
    10 décembre 2019 / 19 h 17 min

    C’est un très bel article, très clair. Merci à toi. Et belle continuation. Tu es toujours très inspirante

  8. Sandrine
    10 décembre 2019 / 20 h 49 min

    Je n’avais pas de question mais il est toujours intéressant d’en apprendre davantage sur ces nouvelles techniques de marketing digital.
    Merci pour cet article complet. Bonne continuation à toi

  9. Juliie
    10 décembre 2019 / 21 h 21 min

    SUPER ton article c’est intéressant de faire connaissance avec ces « nouveaux métiers  » c’est réaliste et honnête, merci !!

  10. Audrey
    11 décembre 2019 / 0 h 16 min

    Bravo mon chat cette décision prise il y un an restera la meilleure ! Je suis si fière de toi, d’avoir pu te suivre de tes débuts à aujourd’hui.
    Ce métier était fait pour toi, et tu le fais si bien !

    Sache que tu pourras toujours compter sur moi et mon soutiens dans tes prises de décisions.

    Cœur avec les doigts ! <3

  11. 16 février 2020 / 16 h 47 min

    Merci pour ces informations en toute transparence concernant l’envers du décor. ..
    C’est toujours un plaisir de te lire !

    KEEP GOING GIRL !
    Des bisous,
    Sabine

  12. 31 mars 2020 / 9 h 56 min

    Bonjour Nolwenn,

    Merci pour cet article et merci pour ta transparence !

    Belle journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.